L’entendez-vous la nuit 

À l’étale des hautes mers,

Noctambule, musclée, toute en pleins et déliés ;

 Une grande onciale dans ses ambulations majuscules.

 De hampes et jambages, l’avancée du flot s’écrit sur l’estran.

  Limoneuse, l’argile alluviale farde son grand lit de vases littorales,

Sa laisse s’y prélasse sur de longs graves gris, émaillés d’écailles.

Atterrissements  de miroirs galets aux fins fonds des mares.

Biseautés, captant de brefs croissants de Lune attardés

À l’émeri diamanté des caps ; où demain luit déjà.

Lueurs  pierreuses célébrant  la gravité

Prophétique du plein de l’eau

En pleine nuit.

Jean Sanquer, 2 février 2017


L’estran © Jean-Pierre Billois

 

                                                                       

Flots noctambules

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *