Revirements

Louise MONTAGNE – avril 2018

Évanouis ce doux frémissement,
Ce frôlement de plume sur ma peau,
Ce souffle léger, caressant,
Et cette brise dans mes cheveux mêlés au sable chaud.
Le vent d’ouest s’est levé et la mer commence à rassembler
Ses moutons çà et là dispersés.
Déjà la pluie et les bourrasques épousées
Cinglent mon visage, m’échevellent
Et collent sur mes joues les mèches rebelles.
Les arbres en oriflamme et les buissons mal à l’aise
S’arc-boutent, fuyant la tempête,
Freinant au bord de la falaise,
Crispés sur leurs racines inquiètes.
Le ciel laiteux, plombé,
Couve la plainte du coup de temps,
Et sous les assauts des rafales violentes
Poussés, les rouleaux déferlants
Fracassent en gerbes bouillonnantes
Les vagues sur les rochers.

Revirements

Un avis sur « Revirements »

  • 28 juin 2018 à 15 h 51 min
    Permalien

    C’est un plaisir de retrouver sur le site les mots que tu nous as fait entendre lors de ce bel « apéro poétique au Vieux Moulin , sur le thème de l’air , et de pouvoir relire ton poème pour en apprécier à nouveau le souffle, et la musique .
    Bravo Louisette, ta sensibilité et ton talent nous donnent à voir, à entendre , et à sentir sur notre peau « ce souffle caressant » qui petit à petit se métamorphose pour devenir les rafales violentes qui bousculent tout , tant que dure le coup de temps menaçant qui nous fouette et mouille notre visage d’éclaboussures. Tu nous entraînes avec toi au cœur de la tempête.
    Merci de traduire si bien ce que tu ressens et de nous faire découvrir, avec tes mots bien choisis qui créent des images chargées de sens, ce qui se cache derrière les apparences. Car c’est cela, la fonction essentielle de la poésie, et je crois que tu en as découvert les secrets.
    Une mention particulière pour « les racines inquiètes », une véritable trouvaille poétique!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *