Le silence est-il un bruit bâillonné dès l’enfance
Est-il un bruit infirme sourd et muet à sa naissance
Est-il un bruit kidnappé et réduit au silence
Peut-être est-il un bruit si vieux qu-il est devenu taciturne

Le bruit et le silence vont-ils se déclarer la guerre
Quels sons quelles armes le bruit va-t-il produire
Le silence peut-il défier le fracas que font les batailles
Peut-il sans subir de représailles vouloir remporter la victoire

Faut-il imposer lourdement tous les silences
Les taxer d’intolérance envers le moindre bruit
Et si les silences se révoltaient aussi à leur tour
Attention il y a des silences qui font beaucoup de bruit

Sachez que les silences sont quelque part derrière les bruits
Ils se promènent à pas feutrés ont appris à dire chut
Comme de petites bestioles effarouchées se sont tapies
Chacun attend son heure et du courage pour bondir apparaître
Pour engloutir le maximum de bruits et s’en repaître

Parfois un peu plus hardis ils voyagent incognito
Vous pourrez les deviner à l’ombre des pantomimes
Il ont peut-être soudoyé les mimes de Marceau

Alors les bruits vont-ils se taire pour goûter le silence
Et les silences vont-ils négocier des moments de vacarme
les bruits vont-ils s’éteindre dans le silence
et les silences vont-ils être étouffés par les bruits

Stéphane Besnard, novembre 2018

Sur le thème ‘Silence’, 1 poème de Stéphane Besnard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *