LA VOIE DU SILENCE

Les murs ont de vieilles oreilles
Qui surprennent le vol des anges
Les chants disparus des sirènes
Le lointain clapotement des vagues du Gange

Les pierres se souviennent du silence
Du calme souverain où la paix règne
Si proche dans cette sourde cadence
De l’allégresse que ce senti m’enseigne

Et les mousses qu’elles accrochent
Ces lichens, ces forêts pour fourmis
Fleurissent les ouïes de la roche
Aussi bien que le plus silencieux des cris

 

La Cour d’Ahaut le 26 octobre 2010
Poèmes À La Gomme
© Éditions du Corbeau Blanc

======================================================================

DISTRAIT

Je vous écris d’un lointain pays
Ma patrie est obscure
Malgré le labeur du soleil
Je n’entends plus vos voix
Dans le brouillard des mots s’assèche ma gorge,
L’ « O » manque à l’alphabet
De mon trouble secret
Les mantras des oiseaux
Cinglent le silence
Ma divinité est violence
Et cette éclipse de conscience
Tient à distance la raison

Il semble que votre terre et la mienne se ressemblent
Mais nous n’écoutons pas les mêmes voix
Car je peine à reconnaître le son de la mienne…
À porté de mon regard
L’automatisme de vos actes
De ma présence vous tiennent à l’écart

Je suis là où vos propos s’évanouissent :
L’idée d’un mot n’ayant jamais jeté l’encre
Sur la page blanche de la mer des mots

Romilly le 31 mars 2014
Poèmes À La Gomme
© Éditions du Corbeau Blanc

Sur le thème ‘Silence’, 2 poèmes de Louis Dugas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *