Au cours de votre promenade quotidienne, certains d’entre vous auront sans aucun doute su capter un moment suspendu … d’arbres fruitiers en fleurs sur un fond de ciel bleu, une mer si calme, le sable si tentant, et la plage déserte …

Nouvelle invitation :

Sur cette nouvelle image

où la mer est si douce

cette envie de plonger

dans une eau saisissante

et se sentir vivante …

(c) Claire Rollet, avril 2020

 

Offrez-nous vos mots en Commentaires … sur cet article

Poétiquement, L’équipe de PeP

#8 La poésie … au fil de l’heure de promenade quotidienne … pour continuer à rêver, à respirer, à aimer, à crier… Vivre !

6 avis sur « #8 La poésie … au fil de l’heure de promenade quotidienne … pour continuer à rêver, à respirer, à aimer, à crier… Vivre ! »

  • 17 avril 2020 à 17 h 50 min
    Permalien

    Mes mains

    Ce matin j’ai vu mes mains
    ces fleurs a cinq branches,
    elles cueillent les fleurs des champs,
    elles les disposent dans un vase,
    elles attrapent, elles touchent,
    elles caressent doucement,
    elles rapprochent mes amis contre mon cœur,
    elles tricotent pour les enfants,
    elles cuisinent pour nous deux,
    pour tout le monde,les grands jours,
    elles arrachent les mauvaises herbes,
    elles taillent, bêchent, sèment,
    elles rempotent les pousses du printemps,
    elles cousent, ravaudent, raccourcissent,
    elles se joignent pour prier,
    elles se lèvent pour menacer,
    elles tapent pour applaudir,
    elles écrivent tous ces mots,
    pour vous mes amis.
    que je vous envoie.

    Milou, le 14 avril 2020 Saint-Jacut
    (poème offert par Milou Hudelist)

    Répondre
    • 17 avril 2020 à 18 h 10 min
      Permalien

      Ce beau poème parvient à nous toucher, sans les mains, merci.

      Répondre
      • 17 avril 2020 à 18 h 51 min
        Permalien

        merci michèle pour ton petit mot.

        Répondre
  • 17 avril 2020 à 14 h 31 min
    Permalien

    Sous la photo de cette belle plage vide, et pour nous rappeler une belle soirée partagée lors d’un apéro poétique où nous avions tous chanté « Aline »…un petit hommage au chanteur Christophe qui vient de nous quitter

    J’avais dessiné
    Sur le sable
    Son doux visage
    Qui me souriait…
    Puis il a plu
    Sur cette plage
    Dans cet orage
    Elle a disparu…

    Répondre
  • 14 avril 2020 à 21 h 39 min
    Permalien

    Un haïku
    Une plage vide,
    L’eau de jade nous invite…
    Braver l’interdit?

    Répondre
  • 13 avril 2020 à 15 h 45 min
    Permalien

    Depuis l’éternité c’est ainsi, je vous rends visite deux fois chaque jour.

    Quelle que soit mon humeur, calme ou houleuse, je viens à votre rencontre et ne manque pas de réveiller les pêcheurs endormis en les poussant vers le large.
    J’aime m’approcher de vos côtes , sentir les premiers baigneurs plonger dans mes rouleaux, entendre les cris des enfants se mêler au murmure de mes vagues.

    Depuis l’éternité c’est ainsi.
    C’était ainsi.

    Car aujourd’hui les pêcheurs ont disparu, laissant leurs bateaux se balancer sur moi à longueur de marée. Plus aucun baigneur non plus , aucun cri d’enfant;
    je n’entends plus que le vent.
    Ce silence sur vos côtes est oppressant, je voudrais tant que tout redevienne comme avant, comme avant depuis l’éternité.

    La Mer , pendant le confinement
    Bretagne, avril 2020

    Répondre

Répondre à marie helene hudelist Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *