Les chevaux du vent

Souffle le vent, souffle,
souffle sur la plaine
souffle sur l’estran,
piétine ma peine
la crinière au vent!

Souffle le vent, souffle…
Tes naseaux puissants
renversent le chêne
plissent l’océan.

Souffle le vent, souffle,
tes sabots battants
bourradent mes veines
transpercent mon sang.

Que la nuit prochaine,
sur mes bourrèlements,
galopent sans peine
les chevaux du vent!
Michèle Pettazzoni
le  14/03/2016

Les chevaux du vent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *